Zéline, Zélie

par Catherine Piat-Marchand

Voilà encore un prénom en usage au XIXe s. dont nous ignorons la signification. Heureusement Madame Figaro(*) était là pour lever un coin du voile, encore que je ne suis pas sûre que tout soit juste! Zélie est le diminutif de Zéline, dérivé du latin solemnis.

(*) pour les non-avertis, la version ‘magazine féminin’ du Figaro

Zéline

Lavernoy (Haute-Marne) 1 E275/5 vue 57 le 28 juin 1854 naissance de Marie Zéline DÉCHANET, fille de Pierre Renobert, 31 ans, vigneron, et de Françoise Angélique Vatelet, 29 ans communiqué et commenté par Philippe Baschiera

Il s’agit du second prénom de la grand-mère à ma grand-mère. Elle avait épousé Félix André PIOCHE et est décédée le 26 septembre 1942 à l’hôpital de Langres. Le couple a habité la ferme du Val Clavin. Il existe une ancienne carte postale où ils prennent la pose avec leurs enfants (adultes), un jeune employé et des vaches. Pour la petite histoire, Félix André PIOCHE avait gravé des pioches sur les bornes qui délimitaient la propriété. Deux de leurs petits-fils, qui étaient cousins, avaient pris l’habitude de s’y rendre et d’aller se promener dans les environs et jusqu’à Lamargelle … une sorte de pèlerinage annuel.

La base de données Actes52 compte à ce jour 17 actes mentionnant des Zéline, soit 12 personnes : 3 sont nées entre 1819 et 1827 à Saint-Dizier et ses environs, Moëslains et Eclaron. Une autre se marie en 1857 à Hoëricourt. 8 autres paraissent dans les recensements de 1906.

Zélie

La popularité de ce prénom au XIXe s. est attestée par ces deux faits : en 1806, Ingres a peint le portrait de Mme Aymon, connue pour être « la belle Zélie »; en 1834, Balzac crée le personnage de Zélie dans « Etudes de Mœurs ».

La forme Zélie est beaucoup plus fréquente, ne serait-ce qu’en Haute-Marne, et concerne davantage le sud du département. La plus ancienne est Zélie Hory décédée en 1796 à Lénizeul. Mais il est présent dès la moitié du XVIe s. dans les Ardennes.

Doumely (Ardennes) E dépôt E1 vue 4/ 82 le 9 janvier 1658 baptême de Zéli Miset, fille de Jean et de Marguerite Monelin parrain : Jean Monelin marraine : Zéli Antoine

Il est certain que je n’ai pas cherché par hasard dans ce secteur car on donne Jean (IV) de Failly né le 6 octobre 1614 à Doumely-Bégny (la date est précise mais le registre n’existe pas). Il est le fils de Pierre et de Zélie Douglas. Partie des descendants de Jean se trouvent à Magny-Fouchard (Aube) à cause de leur mère. La famille du Failly (Marie, Pierre, Gabrielle Marie, Philippe, Suzanne (III), Antoine, Gabrielle Antoinette) encore présente à Doumely descend de son frère aîné, Claude de Failly, époux Barbe Hamelet. Cette vaste famille est aussi implantée dans la Marne et dans la Meuse, sans compter Suzanne (I) (ca1565-1621), épouse de Jean (IV) de la Ferté, échevin de Saint-Dizier (Haute-Marne).

Il n’est pas impossible que ce prénom ait une origine anglo-saxonne. Douglas est certes un nom écossais, mais surtout nous savons que Jacquette de Handresson a épousé en 1633 à Ambonnay (Marne) Robert de Failly (branche dite des Ancherins), et celle-ci descend de façon certaine d’une famille écossaise (Anderson). Leur fils, Louis Antoine, né en 1639, a épousé Marguerite de Villelongue. Etrangement, son père, Jean de Villelongue, fils de Thomas et de Marie d’Argy, est cité à Doumely, puis sa fille, Marie, et son fils Nicolas, ainsi que M et Mme d’Argy. Je dis, étrangement, car je me demande si la généalogie proposée de cette famille n’est pas quelque peu erronée.

la mythologie : Zélos

Dans la mythologie grecque, Zélos (Ζῆλος) est une divinité personnifiant le Zèle, l’Ardeur, l’Émulation ou la Rivalité (positive). Fils du titan Pallas et de Styx, il est le frère de Niké (la Victoire), Kratos (la Puissance) et Bia (la Force). Bon, ce sont des divinités mais pas des saints, mais que voilà une belle brochette de prénoms allégoriques! Cela rappelle Sapience et ses trois filles : Foy, Espérance et Charité.

En dépit de l’orthographe, notre prénom n’a rien à voir avec ce nom d’où dérivent par exemple les mots zélote et prosélytisme.

sainte Soline

Cathos (Molière), Cathin en Lorraine, ont pour forme hypocoristique (forme plus caressante) Catherine : et ne vous y trompez pas, le H nous dit bien que cela signifie la pure (merci à Aristote et sa notion de catharsis). De même, Zéline vient de Zélie qui lui-même dériverait de Soline : c’est du moins la version officielle.

Vierge et martyre du IIIe s. du Poitou lors de l’invasion des troupes de l’empereur Dèce, Soline fut canonisée par l’église catholique : elle est fêtée le 17 octobre.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30742f.image.r=bollandistes+soline.f443.langFR.tableDesMatieres

***

Peut-être la solution est-elle toute différente. En effet, Michel Raimbault nous fait remarquer que les Petits Bollandistes donnent ce prénom, Zélie, avec celui d’Elisabeth, Adélaïs ou Aleza, à la mère de saint Bernard (1090-1153), fondateur de Clairvaux, nommée ordinairement Aleth (Vérité) de Montbard et fêtée le 4 avril.

Voire plus simple encore. Guillaume dit :  » Zéline et Zélie sont pour moi une variante dérivée de Célia, Céline, Seline ou une variante / déformation de Cécilia. »

Ajoutons matière à plaisanterie : si,comme je l’ai lu, il y a eu apocope et que Zélie soit Azélie, alors là, on hésite entre « petite ânesse » (asella) ou « petite ourse ». Plus sérieusement, nous renvoyons à notre article Azéline. Et donc…

l’énigme reste entière.

En tout cas, ce qui est certain, c’est que ces sites de prénoms se copient l’un l’autre, et qu’à force d’être répétée, la pire idiotie devient une vérité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s